Sur les pas de l’Inca, la cité perdue du Machu Picchu – par Louison

 

Nous sommes à Cuzco depuis quelques jours avec les copains, nous avons beaucoup visité la capitale de l’Empire Inca qui est très jolie, mais moi j’attends le Machu Picchu avec impatience. Et là, les parents nous annoncent qu’on part demain, et avec les copains! Trop bien!!!!

Depuis Cuzco, nous prenons la route pour Ollantaytambo, c’est déjà l’aventure, parce que nous sommes 10 dans Poupoule, c’est la colonie de vacances. On prend des routes incroyables pour aller visiter deux sites de la Vallée Sacrée, les Salinas de Maras et Moray.  On arrive à Ollantaytambo en fin de journée. Là, on trouve un super parking gardé pour que Poupoule se repose 3 jours, la route après Ollantaytambo est dangereuse, elle ne passera pas partout et on ne veut pas finir avec elle au fond du ravin.

Nous dormons une nuit sur place alors que les copains sont dans un hôtel, et nous nous retrouvons le lendemain matin, on fera la route en mini-bus pour aller jusque Hydroelectrica. Presque tout le monde est malade dans le bus, ce ne sont que des virages et des virages encore. Parfois, juste à coté de nous, c’est le vide! On fera quand même 6 heures de minibus! Poupoule ne serait pas passée du tout!

 

Quand on arrive à Hydroelectrica, on commence par pique-niquer, et puis ensuite, on fait la randonnée le long de la voie de chemin de fer, nous avons 10 kilomètres à marcher pour rejoindre Agua Calientes, la ville de départ pour le Machu.

 

La randonnée est facile, c’est tout plat. Nous sommes en pleine nature, à droite, la rivière, à gauche, les montagnes. On entend beaucoup les animaux dans les arbres et on voit même des perroquets, c’est chouette. Souvent, nous entendons des trains qui arrivent, alors on fait comme tout le monde, on met des pièces de monnaie sur les rails pour qu’elles soient écrasées par le train de l’Inca, c’est rigolo!

 

Sinon, ce qui est moins rigolo, c’est qu’il se met à pleuvoir beaucoup pendant la route, les parents pensaient qu’on mettrait 3 heures, mais avec la pluie, on mettra 4 heures à faire la route. On forme de petits groupes, c’est chouette, et comme nous sommes avec les copains, on ne voit pas le temps passer, ni les kilomètres.

Nous arrivons en fin de journée à Agua Caliente, Juan nous attend pour nous emmener dîner une fois que nous aurons déposer nos affaires à l’hôtel. A l’hôtel, les parents sont trop contents, et nous aussi, nous avons une chambre pour les grands et une autre pour les enfants.

 

Le lendemain, c’est le jour J, on y va au Machu!!! Nous partons tranquillement le matin à 10h, à pied, les parents sont fiers de nous tous, nous avons gravi les 1800 marches pour atteindre la cité. Gaspard et Margot sont allés super vite, ils ont mis 40 minutes… Moi, je suis restée avec Maman tout le chemin, nous avons « souffert ensemble », comme elle dit. Faut dire que ce n’était pas si facile que ça, nous n’arrêtions pas de croiser des personnes qui descendaient en nous disant « Wahou, bon courage »… Et à chaque fois, ils nous disaient que les autres enfants étaient déjà en haut. On n’en voyait plus le bout! A un moment, nous avons enfin vu des terrasses cultivées, c’est que nous étions près de l’arrivée.

 

Au final, avec Maman, nous sommes montées en 1h20, c’est pas mal, en tout cas, moi j’étais super fière de moi, et Maman aussi très fière de moi. Même qu’en haut, nous avons pleuré toutes les deux, on ne sait pas si c’était de la joie d’être arrivées, du soulagement de ne plus avoir à grimper, de la fierté d’avoir réussi. On est souvent complices avec Maman, mais là, c’était encore plus fort que d’habitude. C’était une belle émotion.

Les copains sont arrivés un peu après nous, même Nathan et Loan ont tout monté à pied, à 4 et 6 ans, ils peuvent aussi être très fiers d’eux aussi. Nous avons bien le temps de déjeuner, il est à peine midi et nos billets sont pour 13h. Pour le Machu en fait, beaucoup de personnes y vont le matin, au lever du soleil, mais en ce moment, il y a beaucoup de brume, elle ne se lève pas toujours, les parents ont parié sur l’éclaircie de l’après midi.

Juan est monté avec le bus des guides, il nous attend, prêt à nous raconter – en français – tous les détails du site. Nous ne tenons plus en place, il est temps de rentrer.  Nous prendrons l’entrée qui a été ajoutée depuis la découverte du site, les Incas partaient à pied de Cuzco par un chemin en pierre au travers des montagnes et arrivaient par en haut, par la Porte du Soleil. Les premières images sont étonnantes, c’est immense et en très très bon état pour une ville abandonnée pendant 600 ans!

 

Le Machu Picchu était la résidence de l’Inca, et l’Inca c’est le roi. L’Inca venait aux dates importantes de l’année, les solstices par exemple. Ils sont très forts ceux qui ont construit toute la ville parce que les fenêtres sont parfaitement alignées pour que l’Inca ait le premier rayon de soleil dans sa maison et dans son temple. Juan nous explique tout, et nous pouvons poser plein de questions. Il nous décrit toute l’organisation de la ville, et nous comprenons bien à quoi servaient tous les bâtiments et comment vivaient les habitants de l’époque.

La cité n’a pas été habitée très longtemps, les Quechuas l’ont abandonné au moment de la conquête espagnole pour que les Espagnols ne la trouvent pas, et ne la pillent pas. D’ailleurs, ils ne l’ont jamais trouvée! Bien fait pour eux! Elle a été maintenue cachée pendant des siècles, comme un secret. Au début du XXème siècle, un explorateur Américain (Hiram Bingham) a posé beaucoup de questions dans la région et un enfant d’Agua Caliente – Pablo –  l’a emmené ici. Il cherchait en fait la cité perdue de Vilcabamba, une cité d’or avec les trésors incas, là où étaient les derniers Quechuas du royaume. Il n’a pas trouvé Vilcabamba mais a fait connaître le Machu Picchu.

Il y avait une famille de paysans qui habitait encore sur le site, mais sans forcément en connaître l’étendue. L’Américain a pris beaucoup de pièces dans les maisons qu’il a fouillé, il a emporté 13000 pièces (des momies, des céramiques, des bijoux) et à ce jour, le Pérou n’en a récupéré que 3500. Ce serait bien que les trésors reviennent dans le pays!

 

Nous commençons la visite par les terrasses de où sont prises toutes les photos du Machu Picchu, de là, on se rend compte de la taille de la cité, c’est immense en fait. Heureusement que nous avons un guide pour tout nous expliquer.

12 Machu

 

Au début, il y avait beaucoup beaucoup de brume et on ne voyait même pas le Wayna Picchu en face, et d’un coup, la brume s’est levée, et la ville est apparue… Wahou!

Nous avons visité la maison de l’Inca, qui avait même une salle de bains privée, nous avons vu l’emplacement de son lit, son matelas était fait en laine de vigogne, la classe. Nous sommes allés au Temple, avons vu les bassins qui donnaient de l’eau à tous les étages de la ville, nous sommes allés dans les champs en terrasse. Un tour déjà bien complet, mais nous n’avons même pas tout vu!

 

La visite a duré toute l’après midi, et nous étions les derniers à quitter le site en fin de journée, la nuit commençait à tomber. Nous sommes redescendus à pied, avec nos lampes frontales, c’était la grande aventure de nuit, j’ai adoré!

 

Le lendemain, nous sommes revenus à Ollantaytambo en train, là encore de très beaux paysages, mais cette fois ci au fond de la vallée. On retrouve Poupoule, prête à nous emmener sur les autres sites de la Vallée Sacrée, l’aventure continue!

Machu - train retour

 

J’ai beaucoup aimé ces trois jours, parce que nous avons fait beaucoup d’efforts pour vivre le Machu Picchu, 10 kilomètres à pied, 1800 marches aller (et retour), le train, tout ça sous la pluie la majeure partie du temps. Mais, tout était trop bien. C’était chouette aussi de partager ces bons moments et ces bons souvenirs avec les copains.

 

Ce dont je me souviendrai, c’est que j‘ai quand même été très impressionnée, même si j’avais vu plein de reportages et aussi beaucoup de vidéos avant d’y aller. C’est beaucoup plus grand que ce que j’imaginais. La ville est très bien conservée, les Péruviens ont bien réussi à remettre en valeur cette cité si longtemps cachée, et ils en prennent soin car ils limitent les visites pour la protéger. J’ai beaucoup de chance d’avoir pu y aller. 

2 commentaires sur “Sur les pas de l’Inca, la cité perdue du Machu Picchu – par Louison

Ajouter un commentaire

  1. Hola !

    Quelles belles découvertes ! Je vais montrer vos articles aux 5e du collège Paparemborde : plusieurs snt en train de faire des recherches sur les explorateurs, dont ceux qui ont décimé (bouhou) les Incas et les Aztèques.
    Bonne suite de voyage !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :