Thaïlande, à la rencontre des autres voyageurs

Après nos deux semaines au Vietnam en famille, une halte au Cambodge chez PSE, et la récupération de notre Poulette, nous prenons pour la dernière fois la route du Sud Cambodge pour passer la frontière thaïlandaise.

La route est encore en travaux, cela devient une habitude au Cambodge, nous avons quand même de gros espoirs pour la Thaïlande. Sur la route, on se répartit les tâches, Amélie passera les douanes, c’est toujours mieux quand c’est une fille. Fred quant à lui est responsable de nous trouver le premier point de chute une fois la frontière passée.

Dans les derniers kilomètres, nous sommes en pleine jungle avec un orage au loin… Magnifique… On a l’impression que le Cambodge est en colère de nous voir partir.

15 Cambodia .JPG

Pour entrer un véhicule en Thaïlande, il est bon de connaître David Goodchild, l’entremetteur de tous les overlanders comme nous. David est britannique, il vit en Thailande depuis quelques décennies, et il a lui même fait la traversée depuis l’Angleterre vers la Thaïlande il y a quelques années. Aujourd’hui, il est installé à Pattaya, a un espace pour recevoir des voyageurs véhiculés et se plaît à ce que sa place soit un repère international incontournable.

Il apporte son aide pour que les papiers soient parfaits à la frontière si bien que nous arrivons en Thailande avec notre assurance pour les 3 prochains mois, notre TIP (Permis d’import temporaire). De fait, les douaniers nous laissent passer sans encombre. Bonne surprise – en plus – à la douane pour nous, le visa pour la Thaïlande est gratuit pour 30 jours, mine de rien à 5, ça fait du bien au budget.

Les premiers kilomètres se passent sans encombre, on prend juste le temps de s’habituer à la conduite à droite, c’est moins difficile qu’on l’imagine. Nous sommes ravis d’avaler les premiers kilomètres, la route est bitumée, cela ne nous est pas arrivé depuis longtemps. Et ça fait du bien!

Notre premier objectif est donc d’atteindre Pattaya, mais nous ne pourrons le faire en une seule fois, nous décidons alors de prendre à gauche dans une petite route, et au bout du chemin, des palmiers et la plage. La lune nous rassure, la plage paraît belle et propre, ce sera une bonne surprise le lendemain au réveil pour les enfants.

Le premier matin, les enfants découvrent donc la plage à perte de vue, l’eau est claire, propre. La plage est entretenue. Nous ne pouvons pas faire classe de façon traditionnelle aujourd’hui, ce sera donc Sciences Naturelles pour tous avec l’étude des Bernard l’Ermite.

Et quitte à faire l’étude, nous la faisons jusqu’au bout… nous essayons de les cuire… Bon, c’est loin d’être une réussite ! On se demande comment ils font dans Koh Lanta !

Les réjouissances terminées, nous prenons la route pour rejoindre Plodd Stop, où David nous attend. Nous faisons la connaissance d’autres voyageurs… Des Australiens qui voyagent à deux en Vespa (2 TEMPS ?). Ils ont conduit leur Vespa dans toute l’Australie, les Philippines, l’Indonésie, la Malaisie et les voilà en Thaïlande. Les prochaines étapes pour eux : la Birmanie et l’Inde. Sacré périple !

Après une soirée à raconter nos anecdotes de route, nous profitons d’une bonne nuit de sommeil. En arrivant en Thaïlande, nous avions un petit souci à régler, c’était de remplir nos bouteilles de gaz. A Pattaya, personne ne peut le faire, nous devons donc repartir, non sans avoir demandé à David de nous valider « officiellement » la Thaïlande sur notre Poulette.

DSC07654

Dans les jours précédents notre arrivée dans ce nouveau pays, via les groupes de voyageurs qu’Amélie suit, nous avons appris qu’une rencontre de tourdumondistes se préparait à Chiang-Mai pour le festival Loi-Kratong. Les kilomètres ne nous ayant jamais fait peur, nous décidons de rejoindre ce rassemblement. Bon, c’est 813 kilomètres quand même, mais sur la route, on a un point de chute pour le gaz, donc on joindra l’utile à l’agréable. Cela peut paraître déraisonnable, mais l’avons-nous jamais été ?

Quand nous arrivons finalement à Chiang Mai, après une rapide visite de notre premier temple, nous avons la joie de retrouver les Moreau : Vanessa, Benoît et leurs 3 garçons. La rencontre avec les autres familles se fera le lendemain, mais nous faisons avec eux une pré-soirée dans leur guest-house.

Vanessa et Benoît sont chez Ban-Rao, la guest-house « dans laquelle tu te sens chez toi » ! Et que c’est vrai ! David, l’hôte est un français expatrié en Thaïlande depuis quelques années, il a crée cette guest avec l’envie que les voyageurs s’y sentent bien. Il y a un petit jardin, une cuisine, un frigo libre service, et les clients écrivent sur un cahier ce qu’ils consomment. On fait les comptes à la fin.

Chez Ban-Rao, nous faisons ce soir là la connaissance des Katpaksaks et des Favre. On se rend compte vite qu’ils viennent aussi à la rencontre des familles le lendemain. C’est donc une pré-rencontre extrêmement sympathique. Nous sommes 4 familles, il y a au total 12 enfants, on se croirait à une cousinade alors que personne ne se connaît. C’est encore une fois la beauté du voyage et des rencontres.

IMG_E8990

Le jour suivant, c’est donc la rencontre avec les familles. C’est Poly des Wonderlusters qui en est à l’initiative, et c’est Clémence qui a trouvé un lieu pour accueillir tout le monde. Les enfants ont une aire de jeux King Size et nous partageons une tablée de 20 adultes. C’est un super moment. Nous sommes les seuls véhiculés. C’est une rencontre de francophones, il y a 3 familles canadiennes et 7 familles françaises. Les enfants ont entre 3 et 19 ans. On ne voit vraiment pas la journée passer.

Pour le soir, nous décidons de nous retrouver à plusieurs pour aller faire Loi-Kratong ensemble. Mais c’est quoi en fait Loi-Kratong?

Après notre deuxième soirée ‘Familles à Chiang-Mai », et comme le courant passe bien avec tout le monde, nous décidons de faire une journée commune en dehors de la ville. Nos copains colombiens louent un véhicule et nous nous proposons d’emmener les Katpaksacs dans Poupoule avec nous.

Nous passons une superbe journée tous ensemble. Réveil à l’aube certes, mais ca valait le coup. Nous commençons par le temple de Wat Ban Den au nord de Chiang Mai, puis nous nous dirigeons vers le lac artificiel Om Water pour le déjeuner. Quand on arrive sur place, c’est assez cocasse, parce que nous devons choisir le restaurant dans lequel nous devons aller directement depuis le parking. David – de Baan Rao – nous avait conseillé de choisir les restaurants en fonction des attractions qui étaient proposées, notamment les jeux sur l’eau. Nous nous décidons tous ensemble pour le 3ème, il nous reste alors à trouver le bon bateau qui va nous emmener sur place.

Nous sommes 14, il faudra alors deux bateaux, et naturellement, on se répartit les filles d’un coté et les garcons de l’autre. La traversée dure une quinzaine de minutes, l’occasion d’admirer les habitations flottantes et les collines aux alentours.

Quand nous arrivons au resto, c’est le Wahou général des enfants, les structures gonflables sont énormes et ils salivent déjà. Le seul truc qui les enquiquine, et nous adultes aussi il faut bien l’avouer, c’est qu’il faut porter un gilet de sauvetage pour aller dans l’eau. Ils ne prennent pas de risque, cela peut se comprendre même si plonger avec un gilet, on perd un peu de sensations. Les mamans trouvent l’eau un peu frisquette, il en faut plus pour décourager les papas qui sont bien contents de faire des ploufs et des courses sur les structures.

L’après midi va se passer entre discussions, bières, riz, nouilles et moultes ploufs ! Nos voyons nos enfants heureux comme tout, tous ensemble, c’est vraiment chouette.

Nous revenons sur berge en fin de journée et reprenons nos véhicules respectifs. Les Moreau avancent car la voiture doit être rendue pour 18h, quant à nous, nous prenons le temps sur la route. Nos discussions avec les Kat sont très riches, nous notons déjà leurs bons plans pour le Costa-Rica… Mais tout ça, c’était avant le drame

Les jours suivants, avec la gestion de Poupoule, nous sommes assignés à résidence à Chiang-Mai, l’occasion encore de passer du temps avec les copains. Nous faisons la rencontre d’une autre famille, les Larguet, avec laquelle les garçons auront l’occasion d’assister à un match de boxe thaï.

Et puis nous visitons encore un peu la ville, notamment le temple du Coq… prédestiné, non?

Nous irons également au Temple d’Argent, où seuls les hommes ont le droit d’entrer, car c’est un lieu d’ordination pour les moines. Le temple est hyper spécial, tant à l’intérieur avec des dollars gravés au sol et autres curiosités, qu’à l’extérieur où on trouve plein de symboles gravés pour rendre hommage aux donateurs.

C’est lors de cette journée que nous aurons une initiation à la méditation, et une explication du Bouddhisme… C’était très intéressant. Nous avons également tous été bénis.

Nous disons un dernier « au-revoir » aux copains et à Baan-Rao, les nouvelles sont bonnes, Poupoule est sur la bonne voie. On espère vivement en recroiser plus d’un sur la route.

DSC08047

Poupoule est enfin réparée, nous pouvons rependre la route… Ceci dit, avec les péripéties des derniers jours, il nous reste 48h pour atteindre Koh Lanta afin de passer la semaine pour les 40 ans d’Amélie… 48H pour faire 1465 kilomètres… Heureusement que les routes de Thailande sont superbes, et que Poupoule avale les kilomètres avec bravoure!

Nos copains voyageurs rencontrés les jours passés nous avaient parlé des cascades d’Erawan, nous faisons une halte la journée afin de couper la route et de nous amuser un peu sur ces roches collantes. Il y a 7 niveaux de cascade, nous commencons la randonnée pour atteindre le niveau le plus haut, 4km de marche en montagne sous les arbres, nous sommes fin bien! Nous profitons dans les bassins des cascades d’une fish pédicure gratuite, avec le concours de celui qui résiste le plus longtemps aux chatouilles des poissons, et le grand gagnant est Gaspard!

La journée bien avancée, nous décidons de rentrer au camping car pour déjeuner. Et là, encore un petit grain de sable dans le rouage, Margot nous annonce qu’elle a oublié son sac et ses jumelles à la 6ème cascade. Ses jumelles lui ont été offertes par sa copine Eugénie, c’est hyper important, Amélie et Margot refont la rando pour les rapporter à bon port. Et c’est comme ca qu’on marche 16 km dans la journée, avec un dénivelé qu’on qualifierait d’important pour le bonheur de ses enfants!

Il nous reste que quelques centaines de kilomètres à faire pour atteindre Krabi et l’ile de Koh Lanta. Poupoule dévore la route, et nous contemplons les pitons rocheux couverts de jungle. Nous traversons aussi beaucoup de champs de palmiers à huile de palme, nous sommes bien loin d’une Thailande « naturelle ».

L’arrivée à Koh Lanta se fait très bien, d’abord le bac, puis la descente de l’ile pour trouver notre coin de paradis de la semaine. C’est une semaine de vacances pour nous tous, nous avons beau être en voyage sans de grosses contraintes, il est vital pour chacun d’entre nous d’être parfois juste dans le farniente, sans programme, sans stress (relatif) de savoir ce que nous allons faire, diner… Nous nous concentrons sur l’école des enfants, à Chiang-Mai, nous n’avons pas fait grand chose il faut l’avouer!

Cette semaine, c’est surtout l’anniversaire d’Amélie… Elle avait dit à qui voulait l’entendre qu’elle ferait KohLanta pour ses 40 ans. Epreuves, poteaux, cadeaux, apéros pour tous!

Nous visitons l’île en kayak, en scooter, allons faire de la plongée… et profitons de ce décor de carte postale pour nous reposer.

Pour notre dernière soirée sur l’ile, nous retrouvons nos Québécois préférés pour vivre notre plus beau coucher de soleil depuis le départ. Lors de cette soirée, les enfants font un spectacle de danse pour Amélie qui a même droit à un vrai gâteau d’anniversaire; merci encore Julie pour cette charmante intention. Nous évoquons le fait de nous revoir sur la route. Nos chemins de voyage ne se croisent plus, ils partent vers l’Ouest, ce sera donc une halte au Québec avant de revenir en France en juillet prochain.

Nous apprenons aussi ce soir là que nos dates de shipping de Poupoule sont confirmées pour la semaine suivante, il faudra donc avancer vers Kuala Lumpur (Port Klang précisément). Nous ne pouvons en revanche pas quitter la Thailande sans découvrir Bangkok quelques heures. Nous partons donc vers la capitale dès le lendemain matin.

Fraîchement revenus de Bangkok, nous continuons vers le Sud pour passer la frontière… De loin la frontière la plus organisée de notre périple. Daryl – notre agent malais – nous attend, quelques heures de nettoyage de Poupoule plus tard, on la dépose au port, et on lui dit « à dans 6 semaines ». La suite de nos aventures, ce sera la Nouvelle-Zélande, un revival de notre voyage de noces… on a hâte de faire découvrir ce prochain pays aux enfants.

KoLanta21

Au final, la Thailande des Coqs, ce sera un méga super souvenir, pas seulement pour ce qu’on y a fait, pour ce qu’on a vu, mais surtout surtout surtout pour les rencontres que nous y avons faites. Nous avons crée des amitiés que nous pensons sincèrement pérennes, nous sommes liés par nos expériences de voyage, par l’envie que nous avons eue de tout partager, les galères entre autres!
Vous comprendrez donc aisément pourquoi nous avons choisi cette photo en en-tête d’article, pour nous la Thaïlande, c’est ça, les copains, et les liens!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :