Cuzco & sa sacrée vallée ! – par Margot

Après notre périple dans le Canyon de Colca, nous arrivons à Cuzco et retrouvons Papa. Toute la famille est enfin réunie et prête à aller visiter la Capitale de l’Empire Inca – Cuzco – mais aussi toute la vallée qui l’entoure : la Valle Sagrado.

Cuzco… « El Nombrile del Mundo, le centre du monde Inca ». 
A Cuzco, nous sommes ravis de visiter une ville avec beaucoup de jolis monuments. Nous sommes en fin de Semaine Sainte et les festivités battent leur plein. Beaucoup de processions en ville, avec musique et chants… Très impressionnant, je n’avais jamais vu ça, et surtout jamais vu autant de monde dans une procession. Il y a tous les ages, du bébé à la grand-mère. Les parents nous expliquent que les Péruviens sont très pieux, très pratiquants, forcément la Semaine Sainte est très suivie.

 

Avant de venir ici, nous avons regardé les épisodes de « C’est pas Sorcier », c’est comme cela qu’on a appris que Cuzco voulait dire en Quechua « Le Nombril du Monde ». Cuzco était la capitale de l’Empire Inca, c’est une ville magnifique. Il y a encore beaucoup de pierres de l’époque de sa construction, les murs sont incroyables, sans joint et tout tient vraiment bien. Il y a même une pierre de mur sur laquelle il y a 16 angles… Un travail de titan pour la tailler et l’apporter ici.

A7_04151

Les Espagnols, en arrivant à Cuzco, ont démonté les temples, et gardé les pierres et les fondations pour y bâtir des églises. Parfois, les murs ne pouvaient pas être démontés, et donc on voit d’un coté de la rue, les murs des Incas… Impeccables, et en face les murs des incapables!

 

Les jours se suivent et nous passons beaucoup de temps à nous promener, parce que la ville est vraiment jolie, de jour… comme de nuit.

 

En faisant le free-tour, ce que nous faisons dans beaucoup de villes pour mieux connaître l’histoire et les bâtiments, nous nous perdrons au marché de San Pedro, bien connu des péruviens, et moins des touristes. On y voit des tonnes de variétés de patates, il y a 3000 variétés au Pérou! Nous y voyons aussi beaucoup de fruits et légumes que nous ne connaissons pas, du moins pas encore.

4905ccb48c39a982_5abaab0dad61cc271875ff8bbf7899ef8ef7f20f

 

Le marché est très coloré, il y a de bonnes odeurs, comme c’est bientôt l’heure de déjeuner, nous nous arrêtons dans les cantines où un plat unique est servi pour quelques centimes d’Euros. Aujourd’hui, c’est « Sopa de Pollo, Arroz y Papas », tout le monde se régale.

A7_04069A7_04076

 

Le marché a aussi beaucoup d’étals de vêtements, des ponchos et bien sûr des bonnets péruviens!

 

La veille de Pâques, « à défaut de chasser les œufs » comme disent les parents, nous irons nous régaler et nous instruire au musée du Chocolat… Nous connaissons maintenant tout le processus entre le grain de cacao et la poudre chocolatée qu’on met le matin dans le lait. On apprend aussi que le cacao a été très longtemps considéré comme une épice luxueuse. Du musée, nous avons une jolie vue pour profiter du goûter.

 

En dernière visite, nous irons au musée de Maximo Laura qui fait des magnifiques tapisseries andines. Il ne faut pas hésiter à aller voir ses travaux, https://maximolaura.com, il est considéré comme un patrimoine impersonnel de l’Humanité. Nous avons beaucoup aimé ses tableaux, mais comme dit Maman, c’est beau au Pérou, à la maison, ca ne rendra rien, donc tout restera dans le musée.

Nous terminerons la visite de la Ville « Intra Muros » le dimanche de Pâques avec une surprise de taille, un déjeuner dans un superbe restaurant. Nous avons mangé autre chose que du poulet et du riz, youpi! On a eu surtout droit à un super dessert, ça vaut une belle chasse aux œufs, on se rattrapera l’année prochaine chez Papi Mamie comme les autres années.

IMG_20190421_143957

 

Cuzco, c’est fini, il est temps pour nous et pour les copains de prendre la route pour enfin découvrir la Valle Sagrado. Elle se situe à 15 kilomètres à vol de condor, mais Poupoule n’est pas un condor, la route va être longue mais belle pour rejoindre les sites archéologiques de Moray, Ollantaytambo et Pisac.

Au début, je n’étais pas trop motivée pour aller visiter les sites archéologiques, ce sont souvent des vieilles pierres et je ne comprends pas toujours les histoires racontées par les guides. Mais là, ça a été une superbe surprise, parce que les Incas créaient des sites qui avaient une utilité.

 

Salinas de Maras…
D’un paysage rocheux et assez triste, les Quechuas ont réussi à partir d’une source d’eau salée à sculpter la montagne et à créer 3000 bassins. Aujourd’hui, les bassins s’héritent et ce sont toujours les mêmes familles qui s’en occupent depuis des siècles. Pour la visite, on se promène le long des bassins, c’est chouette. A la fin, on achètera du sel, il est trop trop bon.

 

Moray…
Nous reprenons la route après les Salinas et nous nous arrêtons pour déjeuner avec les copains et les enfants du village viennent faire un foot avec nous en sortant de l’école, c’est très sympa.

 

Nous arrivons à Moray en milieu d’après midi, c’est un site très intéressant Moray parce que c’est un site Inca de recherche agronomique. Ils ont sculpté la montagne et fait des grandes terrasses qu’ils ont irrigué pour connaitre et comprendre le comportement des plantes à différentes saisons. Le site est quand même à 3500 mètres d’altitude, nous on peine à respirer et eux ils cultivaient si haut, ils sont vraiment forts les Quechuas. Même les escaliers entre les terrasses sont en pierre, ça fait haut quand même!

 

 

Ollantaytambo…
Nous y arrivons en fin d’après midi, après avoir vu des paysages incroyables, entre soleil et brume. Les routes en revanche ne sont pas terribles, nous sommes secoués comme des pruniers dans Poupoule mais avec les copains, on rigole bien.

 

A Ollantaytambo, tout le monde se prépare pour le lendemain, nous partons trois jours pour visiter le Machu Picchu,, c’était super chouette. C’est grand, c’est beau, et nous aurons de bons souvenirs longtemps car ça a été un vrai effort pour tout le monde.

On revient à Ollantaytambo ensuite pour retrouver Poupoule et continuer la vallée. A Ollantaytambo, nous aurons le plus bel exemple préservé des cités du temps des Incas. C’est la ville la plus authentique de la vallée. Il y a une imposante forteresse qui surplombe tout le village, pour y accéder, l’escalier est abrupt et peu d’espagnols ont réussi à le gravir car les Quechuas leur jetaient des lourdes pierres.

 

En haut du site, il reste encore des vestiges de « colcas » qui sont des greniers à pomme de terre bien aérés. Ils sont encore nombreux debout, on peut même y faire un cache-cache.


Et tout en bas du site, une rivière a été drainée pour créer des bassins, comme les thermes romains. La reine avait même sa propre piscine, les canaux d’irrigation sous terrains sont encore en parfait état. Par contre, elle est fraîche fraîche l’eau.

 

Après cette visite, nous irons déjeuner au Mercado Central, décidément, on aime bien. On y mange bien, pour pas cher et les femmes qui cuisinent sont toujours très flattées qu’on s’arrête chez elle. Nous sommes bien loin des normes d’hygiène française, mais nous n’avons jamais été malades, même avec les assiettes bien garnies que Louison commande.

 

Nous quitterons la ville, et nous arrêterons à la Brasserie de la Vallée Sacrée. Papa et Maman recherchent les bières les plus typiques du Monde… Celle-ci, il n’y a pas des tonnes de copains qui l’ont déjà bue, donc ils la testent avec plaisir. Quelques huit variétés sont produites, heureusement que Koen & Erica sont là pour les aider.

A7_04629

 

 

Pisac…
C’est une forteresse inca perchée sur un piton rocheux et de chaque coté, il y a deux grands canyons. Nous sommes à plus de 2800 mètres, la visite se fait généralement depuis la forteresse pour descendre sur le village de Pisac. Nous ne savions pas cela, nous avons du tout remonter à la fin. C’est un site incroyable encore parce qu’il est très grand, les terrasses sont très bien entretenues. Même les maisons en pierre tiennent debout alors qu’il y a de grands changements de température et qu’il pleut tous les jours.

 

On a fait un truc trop rigolo à Pisac, un flashmob avec les copains, c’est un de leur défi de Tour du Monde… Moi aussi je peux dire que j’ai relevé le défi d’avoir dansé la Macarena à plus de 2500 mètres, ce que je ne pourrai pas refaire en France si facilement.

 

Saqsaywaman
La boucle est bouclée, nous sommes de retour à Cuzco. La ville de Cuzco a une forme de Puma, animal vénéré dans les Andes. Son visage est un peu incertain, mais nous sommes sûrs de sa dentition, ce sont les murs incroyables de Saqsaywaman qui la compose. Seuls 20% des murs érigés au XVIème siècle sont encore debout, les autres ont été démontés par les Espagnols. Les murs restants sont incroyables, ils sont très hauts et sont composés de pierres qui peuvent peser jusque 33 tonnes, on ne risque pas de les déplacer demain!
Certaines pierres ont été polies par le temps, on fait des descentes de toboggan, c’est trop bien!

 

Quand on me parlait de la Vallée Sacrée, je n’imaginai que des pierres et encore des pierres. J’avais envie de voir uniquement le Machu Picchu, mais à avoir vu tous les sites, j’ai apprécié l’intelligence et le mode de vie à l’époque des Incas. Au Pérou, beaucoup de choses sont à voir, et c’est sans ennui que nous avons passé une semaine dans tous les sites. Mon site préféré est Pisac, parce que le paysage est vraiment chouette et nous avons pu bien nous amuser dans les trous de souris (le passage du Puma notamment).

Cuzco, tu es une chouette ville, on n’imagine pas meilleur endroit comme capitale de l’Empire Inca.

A7_04716

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :