Walking in New Zealand – les Coqs randonneurs

La Nouvelle Zélande est certainement le pays le plus « dispendieux » -comme diraient nos amis québécois- de notre périple. Pour ce mois aux antipodes, nous n’avons pas notre Poulette avec nous et avons déjà bien entamé le budget avec la location de « Wiki-pourri », donc il va falloir trouver des activités pour tout le monde et ce, à moindre coût.

Alors, sur notre route, nous allons à la recherche des sites d’information pour faire soit les « short walks », soit les « long walks ». Bon, les long walks, c’est souvent sur plusieurs jours, dommage, nous ne sommes pas équipés de nos duvets qui sont restés dans Poupoule… On fera donc les petites randonnées allant de 1h à 4/5 heures aller-retour. Une fois de plus, et encore plus dans ce beau pays, on en a pris plein les mirettes.

Du Nord au Sud, voici les randonnées qui nous ont fait vibrer:

On commence par l’Ile du Nord avec deux marches qui nous ont beaucoup plu:  Cathedral Cove, sur la péninsule de Coromandel, puis nous continuons à Rotorua, dans la Redwood Forest, avec une randonnée de nuit dans la canopée. Nous avons attendu une bonne heure dehors dans le froid avant de monter dans les arbres, entre 8 et 12 mètres de haut. Le parcours est agrémenté de lumières, ce qui rend la balade très romantique.

 

Dans cette forêt, des arbres millénaires ont été coupés, un vestige de 3 bons mètres de diamètre est même exposé, on est pas loin de deux millénaires quand même. C’est assez cocasse de voir que cet arbre a connu les grandes périodes de l’histoire… et bien dommage de voir qu’il est maintenant à terre…

 

Cette balade de nuit nous donne bien envie de revenir le lendemain pour une marche en plein jour, c’est ce que nous ferons, avec quelques 12 kilomètres au milieu des « Kauris ». Ces arbres ressemblent aux Séquoias des parcs américains.

Pour la marche en journée, nous sommes un peu décus, nous nous attendions à avoir des points de vue sur la ville, mais malheureusement, nous n’en avons pas eu. Vraie satisfaction en revanche, nous avons profité des arbres, et du calme ambiant. Cette randonnée étant la plus longue du parcours, nous n’y trouverons que des VTTistes et des trailers, pas d’autres marcheurs comme nous.

 

Ce sera aussi l’occasion de voir sous toutes ces formes les fougères si caractéristiques de la Nouvelle-Zélande, de leur naissance à leur expansion complète.

 

On se sent tous petits, non?

129 - NZ Rotorua

Nous continuons tranquillement les semaines suivantes sur l’Ile du Sud, avec les shortwalks d’Apple Rock que nous avons fait avec nos copains les Garcia rencontrés à Cathedral Cove, celles des glaciers et enfin notre grand final avec les 18 kilomètres du Lake Wanaka.

Le parc national d’Abel Tasman au Nord de l’Ile du Sud est un endroit magique, qui ne se visite qu’à pied, ou en bateau. Nous avions déjà été subjugués par ses plages de sable fin, et nous étions terriblement attirés pour y retourner. Nous avions eu l’occasion de visiter Apple Rock par la mer, avec une randonnée kayak, mais à 5, ce n’est pas du tout la même donne… Ce sera donc à pied que nous retrouverons notre « pomme échouée ». Nous embarquons nos copains les Garcia que nous avons rencontré à Cathedral Cove… Et là encore, on vous propose une séance « avant-après », vous allez adorer !!!

 

Cela fait désormais 5 jours que nous n’avons pas marché quand nous arrivons aux glaciers, à croire que nous sommes en manque ! Aux abords des glaciers, des randonnées sur plusieurs jours sont possibles, nous ne sommes malheureusement pas équipés pour aller camper en montagne, et le temps n’est pas avec nous. C’est extrêmement brumeux, et très très froid.

Pour s’approcher de Franz Josef, il faut compter une quinzaine de minutes en forêt puis une trentaine sur les rochers au bord de la rivière. C’est également l’occasion de voir de splendides cascades, et de se faire un peu doucher à l’occasion. La seconde partie est nettement plus physique à cause du terrain instable, mais il en faut plus pour nos cabris.

A la fin, c’est nettement plus pentu, mais cela vaut le détour pour accéder à la plateforme d’observation. Malgré les consignes affichées en plusieurs langues, les randonneurs dépassent les filins de sécurité pour aller faire « le selfie qu’on espère ne pas être celui de trop! ». Ce sera sans nous, on tient bien trop les uns aux autres.

 

Bien entendu, pour ceux qui ont envie de sensations fortes, ou pour voir la glace de plus près, il faut sortir avec guides, soit pour aller faire de l’escalade, soit un survol du glacier puis dépose ensuite en hélicoptère. Comme on vous le disait en préambule, nous avons cherché des activités « low cost », ce ne sera donc pas pour nous.

Tout au long du parcours, nous voyons où arrivaient les glaciers sur les dernières années, voire les dernières décennies. C’est assez flippant de savoir que nous allons désormais à pied là où en 2006 nous aurions été pris dans la glace.

DSC09045

 

Nous ferons un tour également sur Fox Glacier, et là encore nous sommes étonnés du recul du glacier. Le chemin est beaucoup plus escarpé que pour Franz Josef, il faut passer des gués et des petites rivières, comme il fait beau (enfin), au final, c’est plutôt sympa.

 

Les enfants nous montrent de plus en plus qu’ils sont capables d’enquiller les kilomètres à pied, en se dirigeant vers Wanaka, nous cherchons la marche ultime de notre périple. En effet, la météo des prochains jours est incertaine sur le Sud, si nous voulons encore être un peu dehors, notre dernière possibilité sera Wanaka.

Sur cette dernière grande marche, nous expérimentons une nouvelle animation : à tour de rôle, on raconte aux autres un bouquin que nous sommes en train de lire. Amélie se lance avec « Le Mystère de la Chambre Jaune ». Chacun y va de son hypothèse pour savoir qui est donc l’assassin… Et en une heure et demie, nous sommes arrivés au lac, où nous avons la joie de nous baigner seuls… elle est frisquette… mais cependant très agréable.

Au retour, nous n’avons toujours pas identifié le coupable, mais nous avons marché 18 kilomètres… Pas mal au final!

 

Nous avons adoré ces marches, ces moments où nous étions quasiment seuls au Monde dans une nature incroyable. Ces moments ont aussi été des chouettes moments de discussion à deux, trois, quatre ou cinq, en fonction des allures de chacun. L’effort commun, nous ne l’avions pas vraiment expérimenté sur nos premiers pays, c’est de bonne augure pour la suite du voyage, notamment en Amérique du Sud.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un commentaire sur “Walking in New Zealand – les Coqs randonneurs

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :